Julie Ewa – Les petites filles – Trafics en tout genre

2013 – Départ pour Mou Di, petit village d’un vingtaine de familles, comme il en existe encore en Chine. Lina part y poursuivre ses études et fuir ses démons. Lorsque Thomas, humanitaire sur le terrain, lui demande d’en apprendre davantage sur certaines disparitions, elle n’hésite pas à s’engager. Elle découvre alors peu à peu l’histoire de Sun, jeune mère de famille à la recherche de sa fille disparue. Prostitution, trafics d’organes ou adoptions illégales, dans la Chine pauvre, tous le moyens sont bons pour donner de la valeur aux petites filles …

La politique de l’enfant unique est un sujet qui a souvent piqué ma curiosité : comment un état peut-il s’immiscer à ce point dans des décisions qui me paraissent aussi personnelles que celles d’avoir des enfants. Dans ce roman, l’auteure décrit précisément les désastres que cette politique a eu, plus précisement pour les filles. L’on pourrait penser que c’est de l’histoire ancienne, loin de là.

Nous suivons donc Lina, étudiante qui se retrouve dans ce village perdu et va questionner, plus ou moins adroitement les villageois. Cela va sans dire que, derrière un accueil aimable, les interrogations de l’héroïne déclenchent une série de drames car le secret qu’elle peut révéler ne s’arrête pas aux frontières du pays. Si le personnage de Lina peut paraitre un peu simple et parfois « cliché », celui de Sun nous ouvre bien d’autres horizons. En effet Julie Ewa a écrit son roman à deux vitesses : l’enquête menée de l’étudiante, entrecoupée de témoignages de la vie d’un jeune mère de famille chinoise qui nous fait vivre de plein fouet le désespoir de son époque, dans les années 90.

Ces récits nous font prendre conscience que l’humain a une valeur marchande au yeux pour certains trafics, sur lesquels des Etats ferment les yeux car trop corrompus. Dans cet état des lieux du trafic d’enfants, tout le monde semble y trouver son compte, seules quelques mères courageuses tentent de se battre, muées par un amour maternel indestructible. Un thriller cynique qui pourrait décourager certains idéalistes.

Découvrez l’ampleur des dégats.

 

 

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s