Jérôme Camut et Nathalie Hug – Prédation – L’enfer selon le colonel Kurtz.

Andréa, jeune père veuf de Clara, se retrouve enfermé dans une cellule ou un certain Krutz le tient à sa merci, utilisant la fillette comme moyen de pression. Coincé, il réalise, bien malgré lui, des « commandes » douteuses et meurtrières…De son côté, Rufus, flic instinctif, doit gérer l’enquête de trois morts suspectes ayant eu lieu le même soir… Le soir du 14 Juillet, où les pétarades des feux d’artifices semblent couvrir toutes sortes de bruits… L’enquête mène rapidement au profil d’un certain Colonel Kurtz… Mais le tout n’est pas de savoir qui il est mais plutôt: ou se trouve-t-il et jusqu’où s’étend son réseau?

Comment réussir à soumettre une personne? Sur quels ressorts psychologiques jouer pour se faire obéir sans faille? Andréa, est donc enfermé dans une cellule, dans laquelle il n’a aucun repère spatio-temporel, son seul contact étant ce fameux « Colonel Krutz ». Forcé de réaliser des « commandes  » pour ce dernier, tout le suspens réside dans la construction de son éventuelle (impossible?) évasion. Andréa ne manque pas d’idées, mais la ruse et l’imagination ont elles moins de bornes que la folie?  Progressivement, Andréa va se créer de fragiles repères et résoudre des énigmes de sa détention.

Le trafic d’êtres humains est un sujet d’actualité glaçant. La formule fait mouche: des descriptions parisiennes ultra précises doublées de faits divers que nous avons tous pu lire dans les journaux, il y a de quoi devenir parano en sortant dans la rue. Pour quiconque est un peu observateur dans les lieux publiques: n’y-a-t-il  pas toujours une personne à l’air hagard et paniqué au milieu de la foule? Que se passe-t-il dans sa tête?

Lors de ses « missions », le personnage captif est équipé d’un portable sans touche et du matériel nécessaire à la demande. Le « Colonel » l’envoi alors dans Paris… Facile de s’échapper peut-on penser, mais c’est la où apparait la perversité de Krutz. La relation entre ce dernier et Andréa crée tout le suspens. Viennent ensuite les personnages comme Rufus, en charge de l’enquête et Clara, fillette courageuse mais malheureusement moins crédible.

Impressions: Les auteurs peuvent bien expliquer le passé de Krutz, afin de mener à la compréhension de ces actes, mais le plus perturbants restent que ces éléments ne paraissent pas suffisants. Plusieurs faits-divers plus ou moins récents, nous ont démontré que la folie ne s’expliquait pas toujours et qu’il n’y avait rien de plus facile que d’abuser de plus faible que soi sans se faire repérer, perdu dans l’immensité des grandes villes.

Pour s’immerger dans la Prédation

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s