« Dark Places » : Gillian Flynn, la femme de l’ombre à Hollywood – Le Point

url5En seulement trois livres, Gillian Flynn s’offre un décollage planétaire. En 2014, le film Gone Girl, adapté de son thriller Les Apparences (Sonatine – Le livre de poche) par David Fincher, a fait un carton en salle. Un succès que devrait remporté aussi Dark Places avec Charlize Theron, qui sort le 8 avril, adapté du livre Les lieux sombres, par le Français Gilles Paquet-Brenner, déjà multiprimé pour Elle s’appelait Sarah. Et que l’on se réjouisse, Gillian Flynn emprunte le courant ascendant de la série télé. Elle adapte avec David Fincher la délirante Utopia, mais aussi Widows avec le réalisateur Steve McQueen (Twelve Years a Slave).

Le Point : Comment avez-vous rencontré Gilles Paquet-Brenner ?

Gillian Flynn : C’était en 2009-2010. Je venais juste d’achever l’écriture du livre Les Apparences. Et je n’étais pas franchement enthousiaste à l’idée d’une adaptation des Lieux sombres, parce que j’avais peur que cela tourne au film d’horreur, alors que c’est avant tout une histoire de famille. Mais Gilles, par sa sensibilité, m’a rapidement persuadée que mon livre serait entre de bonnes mains.

Savez-vous ce qui lui a plu dans ce roman ?

Les années 1980 ! Gilles aime beaucoup cette période, comme moi. C’est une période sur laquelle j’aime écrire parce qu’elle est liée à mes souvenirs d’ado. À part lorsqu’il y a des meurtres, bien sûr ! Je situe l’action dans le Midwest, où j’ai grandi, et comme personne ne connaît vraiment cette région, cela me laisse bien plus libre que si j’écrivais sur New York, puisque tout le monde connaît New York… Et puis, dans le Kansas, il y a plus de pièces à explorer ! De même concernant les années 80. C’était avant les téléphones portables, on n’était pas joignables en permanence, comme c’est le cas aujourd’hui. À l’époque, lorsque vous quittiez la maison de vos parents, vous quittiez vraiment la maison de vos parents. Ils ne savaient pas du tout où vous étiez. Aujourd’hui, nous sommes peut-être joignables tout le temps, mais cela crée un sentiment d’urgence, de panique, à savoir où l’on est. Et nous avons considérablement perdu en liberté.

Comment passe-t-on de l’écriture d’un thriller au script d’un film ?

Ce sont deux façons d’écrire extrêmement différentes (et ce n’est pas parce que vous savez écrire un roman que vous savez écrire un script !). Pour ma part, j’ai toujours aimé passionnément le cinéma. Mon père était professeur de cinéma et j’ai grandi en regardant des films, en lisant des scripts avant d’écrire moi-même sur le cinéma lorsque j’étais journaliste. Alors on peut dire que j’ai une idée assez affinée de cette structure narrative. Mais j’ai vraiment eu de la chance que David Fincher, à la lecture du roman Les Apparences, pense que je sois capable de l’adapter en scénario.

Quels sont vos projets en cours ?

Je travaille sur une série télé en ce moment avec David Fincher. Une adaptation de la série de la BBC, Utopia. Un thriller qui met en scène une conspiration. C’est assez effrayant, mais avec un sens de l’humour terrible ! Et je suis sur un autre projet avec Steve McQueen, le réalisateur de Twelve Years a Slave. Il s’agit d’une adaptation de la série télé anglaise Widows en film. Et j’avoue que c’est vraiment très plaisant d’écrire pour le cinéma et pour la télé.

via « Dark Places » : Gillian Flynn, la femme de l’ombre à Hollywood – Le Point – Julie Malaure.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s